5 min de lecture

BULA… l’art de connecter!

Featured Image

Bula !

J’ai écrit ce blog en vacances sur le paradis tropical des Fidji. Si vous n’y êtes jamais allés, vous devez trouver un moyen d’y voyager afin de découvrir la nourriture, la météo et l’hospitalité des Fidjiens.

C’est sur ce dernier point que je veux mettre l’accent ici, car l’un des éléments les plus attachants de la culture fidjienne est leur aimable acceptation de tous et leur véritable bonheur de vous accueillir dans leurs îles. 

« Bula » est utilisé universellement pour dire bonjour ou souhaiter la bienvenue aux Fidji et tout le monde que vous rencontrez vous saluera avec cette expression chaleureuse. Ce n’est pas mis en place pour les touristes et ce n’est pas un accueil forcé que les habitants estiment qu’ils doivent respecter. C’est un véritable « bonjour » qui vous fait vous sentir bien ! 

Venant d’une culture plus occidentale, une chose qui m’a vraiment frappé pendant mes vacances a été le fait que nous avons vraiment perdu l’art de la communication et, plus important encore, de pouvoir connecter avec les autres autour de nous. Alors même que je me promenais dans certaines stations des Fidji, d’autres occidentaux que je croiserais passeraient les yeux baissés et à peine un murmure de bonjour si vous aviez de la chance. 

L’exemple le plus significatif dont j’ai été témoin s’est produit pendant que j’assistais à la conférence mondiale sur le bénévolat à Singapour l’an dernier. Un ami et moi sommes sortis d’un train de métro bondé à l’heure de pointe, et avons fait notre chemin parmi les masses qui se dirigeaient au travail, j’ai soudainement réalisé que quelque chose était étrange. Personne ne se parlait. Personne ! Au lieu de se parler, tous les autres navetteurs étaient branchés à des dispositifs électroniques silencieux, enfermés dans des mondes qui étaient à des kilomètres de la personne qui se trouvait juste à côté d’eux. C’était vraiment un moment surréaliste !

Alors, comment tout cela se rattache-t-il à un sujet brûlant sur la gestion des bénévoles ? 

Eh bien, je crois que de nombreux programmes de bénévolat ont perdu (ou risquent de perdre) l’art de la communication efficace et des liens avec leurs bénévoles, alors que nous travaillons dans des environnements qui continuent d’exiger de plus en plus de fonctionnement administratif au sein du milieu de travail.

Historiquement, le rôle du gestionnaire bénévole est apparu comme un rôle qui exigeait de se concentrer sur l’aspect personnel du travail avec les bénévoles. Je me souviens très bien d’avoir suivi mon premier programme de bénévolat à la fin des années 80 et de la remise que j’ai reçue le premier jour du coordonnateur sortant. 

Il s’agissait d’instructions très personnelles sur la façon de tirer le meilleur parti de chaque bénévole. Des instructions comme « C’est Ken et il s’attendra à ce que vous vous asseyiez et preniez un café avec lui quand il arrive un mardi matin » ou « Mary aime vraiment son artisanat et apportera souvent des échantillons à vous montrer ». En bref, tout au sujet du PERSONNEL et le leadership bénévole était à ce moment-là tout à fait une « profession humaine »

Au fil du temps, de nouveaux termes merveilleux, comme « responsabilité », « litiges » et la « gestion des risques » ont trouvé leur place dans le vocabulaire de la gestion des bénévoles et les organisations ont cessé d’employer des gestionnaires forts en gestion des personnes et ont commencé à chercher des leaders bénévoles ayant un ensemble de compétences beaucoup plus solide basé sur l’administration, l’élaboration de politiques et la gestion des ressources humaines. 

Je ne prétends pas un seul instant que cette évolution a été néfaste. Elle était, pour la plupart, nécessaire et importante pour le développement efficace du bénévolat et la protection des bénévoles. Cependant, j’ai parlé pendant de nombreuses années du risque inhérent que cette évolution a posé pour le domaine de devenir moins concentré sur les gens et plus concentré sur la paperasse !

Je pense souvent à une œuvre d’art que mon beau-frère (et artiste) David Archer* a créée et qui illustre parfaitement cette préoccupation. Dave crée des « automates » — des œuvres d’art qui se déplacent au gré des mouvements des poignées et des boutons-poussoirs. Cette pièce particulière dispose d’une grande boîte d’aspect industriel qui une bande transporteuse qui la traverse au milieu. À gauche de la boîte, la bande transporteuse entre dans la boîte et sur la bande se trouvent de petites figures d’artistes, de chefs, d’athlètes et d’autres personnes douées. Au fur et à mesure que la bande transporteuse émerge de la boîte industrielle sur la droite, elle est remplie d’une ligne de robots — exactement les mêmes.

Pour Dave, c’est une déclaration sur l’industrialisation, mais pour moi, c’est une excellente visualisation de ce que nous pouvons parfois faire avec nos équipes de bénévoles. Nous sommes tellement accaparés par les « procédures » que nous oublions qu’ils offrent un large éventail de compétences naturelles, de talents, de connaissances et de capacités. 

Donc, un rappel — en tant que leaders de bénévoles, nous travaillons toujours dans une profession de gestion de personnes en PREMIER et nous avons la responsabilité de continuer à trouver des moyens de communiquer avec les gens sur une base quotidienne.

Il existe de nombreuses stratégies pour y parvenir, mais elles s’articulent d’abord et avant tout autour de nous, qui prenons le temps de nous occuper des tâches administratives, de quitter nos bureaux et de communiquer avec nos bénévoles. L’une des techniques dont on a beaucoup parlé pour y parvenir est ce qu’on appelle simplement la « gestion en se promenant ». Tout simplement, prenez le temps chaque jour (dans votre calendrier) de vous promener et de dire bonjour à votre équipe, de porter attention à leurs préoccupations et de prendre des notes sur des choses qui nécessitent votre attention.

Vous serez étonné de voir à quel point cela fait une différence, à quel point c’est facile et à quel point vous paraîtrez plus visible pour vos bénévoles.

L’autre chose que nous oublions souvent de faire dans le cadre d’une charge de travail occupée est de dire un simple merci à nos bénévoles.

Dans le film Hitchcock, Will Smith joue un superhéros doté de pouvoirs extraordinaires, mais il est devenu tellement absorbé par le simple fait d’ « accomplir son travail » qu’il a oublié le véritable objectif de ses pouvoirs de superhéros.

Tout au long du film, il reçoit une nouvelle formation pour être plus socialement acceptable et, entre autres, on lui rappelle à maintes reprises de dire « bon travail » à la police et à d’autres personnes qui se trouvent souvent sur les lieux d’un crime avant son arrivée.

En tant que leaders de bénévoles, n’oublions jamais de dire « Bula » à nos bénévoles. Quitter notre bureau, marcher au sein de nos équipes et s’assurer que chaque bénévole a le sentiment d’être un membre très apprécié de votre équipe.

Si vous voulez bien m’excuser, il est maintenant temps pour un prochain cocktail !

Vinaka ! Et s’il vous plaît, partagez vos pensées ci-dessous.